Présentation de l'arrondissement de Vienne

 
 

...

L’arrondissement de Vienne

L'arrondissement de Vienne est délimité par le cours du Rhône à l'ouest, par le territoire des vingt-trois communes rattachées en décembre 1967 au département du Rhône au nord-ouest, par le département de la Drôme au sud. Au nord-est et à l'est, incluant le canton de Pont-de-Chéruy, il jouxte la ville nouvelle et le pays de Crémieu et comporte une partie de la plaine de la Bièvre.La position particulière de l’arrondissement de Vienne, au cœur d’un territoire dépassant le cadre des frontières administratives, a été prise en compte au travers d’une lettre de mission interdépartementale adressée en 2003 au sous-préfet par les préfets de l’Isère et des quatre départements limitrophes. Ce document a pour objet de définir le cadre dans lequel le sous-préfet de Vienne est amené à assurer la représentation de l’Etat pour les diverses procédures de ce secteur de la moyenne vallée du Rhône.

Le chef-lieu, Vienne, 29 975 habitants (recensement de 1999), est à   87 km de Grenoble. Autour d'elle, 18 communes voisines se sont groupées pour constituer la communauté d’agglomération du Pays viennois, créée en 2001. La ville bénéficie d'une structure administrative solide (tribunal de grande instance, siège des organismes consulaires du Nord-Isère, caisse d’allocations familiales...).

La démographie de l'arrondissement se caractérise par une forte progression de la population (+7.8 % entre les recensements de 1990 et 1999). Ce phénomène est particulièrement sensible dans les cantons d’Heyrieux et de Vienne-Sud.

Le développement économique

Doté d'importantes infrastructures de transport en voie de saturation, l'arrondissement dispose, notamment dans sa partie rhodanienne, d'importantes industries (pôle chimique à Roussillon, bâtiment, génie civil, chaudronnerie et travail des métaux, textile, construction automobile, agro-alimentaire avec Candia, Gervais Danone, production électrique avec la centrale nucléaire de Saint-Alban, câblages). Les cantons de Saint-Jean de Bournay, La Côte Saint-André et Beaurepaire, plus marqués par les productions agricoles (céréales, fruits, tabac...) comptent également des établissements industriels significatifs.

Le dynamisme de l'arrondissement se traduit par la vitalité de son tissu économique, mais aussi par l'ambition des collectivités publiques en matière d'aménagement d'un territoire dans lequel trois contrats globaux de développement (CGD) sont en cours. En particulier, le CGD de Rhône Pluriel concerne 74 communes et 178 000 habitants de trois départements (Isère, Loire, Rhône). Il est coordonné par le sous-préfet de Vienne.

L’aménagement du territoire

Situé pour partie dans le champ de la directive territoriale d’aménagement de l’aire métropolitaine lyonnaise, l’arrondissement est au cœur de problématiques liées au développement économique, aux transports routiers et ferroviaires, à l’aménagement du fleuve et à l’urbanisme.

Plusieurs projets d’infrastructures sont en cours. Outre la ligne à grande vitesse Lyon-Turin, il faut mentionner le projet de contournement ouest de Lyon (COL), mais aussi l’augmentation de la capacité des ports le long du Rhône (Port de Vienne-Sud à vocation industrielle et port de loisirs des Roches-de-Condrieux).

La politique de la ville

L’arrondissement est concerné par deux contrats de ville :

  • Le contrat de ville de l’agglomération de Pont-de-Chéruy signé le 12 juillet 2000
  • Le contrat de ville de l’agglomération viennoise signé le 3 juillet 2000

En matière de lutte et de prévention de la délinquance, l’arrondissement de Vienne compte :

  • Un conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD de la communauté d’agglomération du pays viennois – 18 communes).
  • Un contrat local de sécurité (communauté de communes du pays roussillonnais – 22 communes)
  • Une cellule de veille au niveau de la communauté de communes du pays de Beaurepaire.

L’environnement naturel

Parmi les politiques environnementales de l’Etat qui trouvent à s’appliquer, il faut mentionner les sites Natura 2000 dont celui des milieux alluviaux et aquatique de l’Ile de La Platière sur le fleuve Rhône. Ce fleuve, qui connaît une forte densité industrielle, constitue en effet un enjeu environnemental important.