Bilan de l'exercice de sécurité civile avec la Plate-forme chimique de Pont de Claix le 8 avril 2010

 
 

...

Plate forme chimique de Pont de Claix : un exercice de sécurité civile concernant 67 000 habitants

Les pouvoirs publics dressent le bilan de l’exercice de sécurité civile qui a eu lieu sur la plate-forme chimique du Pont de Claix le 8 avril dernier.
DSC06148

Le jeudi 8 avril 2010 a eu lieu, sous la conduite de Monsieur le Préfet de l'Isère, directeur des opérations de secours en situation de crise majeure, un exercice de sécurité civile d'ampleur, à partir des installations de la société Perstorp implantée sur la plateforme chimique de Pont de Claix.

Le scénario : une fuite au niveau d'un réservoir de stockage d'ammoniac d'une capacité de 17 tonnes.

Après la mise en œuvre des dispositions du Plan d'Opération Interne (POIplan d'organisation interne) permettant au directeur du site d'assurer la sécurité de l'installation et de ses personnels, le préfet a rapidement déclenché le plan de secours, dénommé Plan Particulier d'Intervention (PPIPlan particulier d'intervention) compte tenu de rejets toxiques vers l'extérieur.

L'activation de mesures de protection par confinement et mise à l'abri des populations s'imposait alors pour 5 communes dans un rayon de 2500 mètres autour de la plateforme chimique : Pont de Claix, Echirolles, Claix, Champagnier, Varces Allières et Risset.

L'exercice a mobilisé de nombreux acteurs : les personnels du site chimique, les services opérationnels de l'Etat : police, gendarmerie, direction interrégionale des routes Centre-Est, service départemental d'incendie et de secours, inspection académique, SAMUService d'aide médicale urgente, direction des routes du conseil général, polices municipales mais aussi la fédération française de sauvetage et de secourisme ainsi que 13 élèves de terminale « sécurité et prévention » du lycée Jean Jaurès de Grenoble, lesquels ont simulé des victimes.

Les maires et leurs services étaient aussi particulièrement mobilisés dans le cadre de l'activation de leur plan communal de sauvegarde (PCS).

Cet entraînement a notamment permis de tester :

  • la diffusion de l'alerte à la population par le biais des sirènes et des automates d'appel gérés par les communes ;
  • le respect des consignes de mise à l'abri, notamment au niveau des établissements scolaires ;
  • le bouclage effectif de la zone contaminée par les forces de l'ordre pendant une heure ;
  • l'armement du centre opérationnel départemental (COD) en préfecture ainsi que du poste de commandement opérationnel (PCO) et du poste médical avancé (PMA) à Echirolles.

Les enseignements de l'exercice, objet d'une réunion de débriefing, seront intégrés dans la prochaine révision du plan de secours.