Transports de matières radioactives

 
 

...

Le Transport de Matières Radioactives, TMR, est une composante du Transport de Matières Dangereuses, TMD, qui est réglementé au niveau international et national.

La réglementation nationale est déclinée selon les modes de transport :

  • Pour les modes routier, fluvial et ferré : Arrêté du 29 mai 2009 relatif aux transports de marchandises dangereuses par voies terrestres ;
  • Pour le mode maritime : Arrêté relatif à la sécurité des navires ;
  • Pour le mode aérien : Règlement EU-OPS1 R-859/2008 du 20/08/2008, instruction du 26/06/2008.

Le TMR représente 3 % des matières dangereuses transportées en France. Il concerne le cycle du combustible alimentant les Centres nationaux de production d’électricité, le secteur médical, l’industrie classique, la recherche, ceci pour 85% du flux de colis.

En France, environ 900 000 colis transitent annuellement, allant de quelques centaines de grammes à une centaine de tonnes.

En Isère, le Préfet est préparé à faire face à une crise impliquant le TMR notamment par la mise en place du Plan de secours ORSEC TMR.

Principaux axes routiers utilisés pour le transport de matières radioactives en Isère 

Le transport routier :

Le risque TMR étant un risque diffus, un accident est susceptible de se produire sur l’ensemble du maillage autoroutier et routier du département.

Néanmoins, on peut isoler certains axes régulièrement employés, où l’occurrence d’un accident est davantage envisageable.

Les flux de matières radioactives traversant le département se concentrent essentiellement à l’ouest du territoire du fait de la présence de l’autoroute A7, qui constitue un axe majeur du réseau routier national.

Elle relie les installations nucléaires du Nord de la France et notamment La Hague avec celles situées dans le Sud telles que les sites nucléaires de Pierrelatte et de Marcoule et tout particulièrement le site de Cadarache.

Cependant une particularité réside dans l’existence de pôles de recherche (ILL et CEA) dans le périmètre de l’agglomération grenobloise. Ces emplacements impliquent le passage de transports de matières radioactives sur l’A48 et l’A480 au nord de Grenoble et sur la voie rapide de l’agglomération.

Par ailleurs, l’autoroute A43 en direction de Lyon, ainsi que l’A49 et la RD1532 toutes deux en direction de Romans-sur-Isère et des centrales du sud, sont couramment utilisées pour le transports de colis radioactifs. La RD1075 qui traverse le département du nord au sud est également empruntée.

Le transport ferroviaire :

Les voies ferrées situées dans le couloir de la vallée du Rhône, permettent l’acheminement de nombreuses cargaisons entre les sites nucléaires français.

De plus, la présence du CNPE de St Alban conduit à de fréquents transports par fer au départ et à l’arrivée de la gare de Clonas-sur-Varèze.

Pour en savoir plus sur le TMR en général, vous pouvez vous rendre sur le site de l’ASN, Autorité de Sûreté Nucléaire, depuis le lien ci-dessous :

http://www.asn.fr/index.php/Les-activites-controlees-par-l-ASN/Transports-de-matieres-radioactives

> Carte des axes routiers utilisés pour le TMR en Isère - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,08 Mb