Forêt

 
 

janvier 2014

L'Isère, un grand département forestier

Les 254 200 hectares de forêt (source Inventaire forestier national 1997) représentent 1/3 de la surface départementale. Seulement 210 400 ha sont productifs.
Les peuplements forestiers  sont très variés, depuis les cembraies d'altitude jusqu'aux saulaies des bords du Rhône, en passant par les pessières et les sapinières de montagne, les hêtraies et les pinèdes xérophiles, les châtaigneraies et les chênaies des collines, les peupleraies des grandes vallées.

La propriété forestière

Les forêts relevant du régime forestier correspondent à 40 % de la surface boisée et se répartissent sur 256 communes essentiellement en montagne. La forêt domaniale représente une superficie d'environ 35 000 ha, dont 18 000 ha de séries domaniales RTM (restauration des terrains en montagne) essentiellement voués à la protection et non à la production de bois (source IFN 1997).

La forêt communale d'une superficie de 69 000 ha concerne 282 collectivités.
La forêt privée de 177 000 ha appartient à 92 400 propriétaires et la surface moyenne par propriétaire est inférieure à 2 ha. Seulement 39 propriétés ont une surface supérieure à 240 ha.
Le volume sur pied en forêt représente 42, 3 millions de m3 et l'accroissement courant annuel est estimé à 1, 5 millions de m3.

L'exploitation forestière et la transformation du bois

Chaque année sur les 463 000 m3 de bois exploités, les grumes résineuses représentent 243 000 m3, les grumes feuillues 23 000 m3, le bois d'industrie 85 000 m3 et le bois énergie 111 000 m3 (source AGRESTE 2013).
Selon les estimations, l'exploitation forestière prélève seulement un tiers de la production de la forêt.
Les difficultés dues au relief, l'insuffisance de desserte forestière, le morcellement de la propriété privée et le manque de main-d'œuvre spécialisée expliquent cette sous-exploitation. Une sur-exploitation ponctuelle peu aussi être observée sur certains territoires.
Cette situation modifie la perception du territoire, avec une progression de la forêt dans des zones abandonnées par l'agriculture et une fermeture du paysage sur les massifs montagneux (Belledonne-nord et Chartreuse).
A noter aussi une grande sensibilité de certains massifs au risque d'incendie , y compris aux portes mêmes de l'agglomération grenobloise, révélée notamment lors de l'été 2003.
Le département de l'Isère produit 159 000 m3 de sciages résineux, en majorité de l'épicéa et du sapin, et 6 000 m3 de sciages feuillus.
Il ne reste que 47 scieries en activité, dont 3 avec une production annuelle supérieure à 6 000 m3 de sciage.

Les acteurs de la filière

Outre les organismes de gestion forestière, office national des forêts et centre régional de la propriété forestière, la filière regroupe des partenaires actifs : syndicats de propriétaires forestiers, associations des entrepreneurs des travaux forestiers, syndicat des scieurs, collectivités impliquées (association des communes forestières, département, communautés de communes et d'agglomération).
L'ensemble des partenaires de la filière se retrouve au sein de l'association Créabois, composante iséroise de l'interprofession régionale.
Enfin le département s'est doté d'une charte forestière de territoire signée en décembre 2003 ; la centaine d'actions envisagées va maintenant se décline dans huit chartes forestières locales .